Interview de Pyrax, capitaine de l’équipe de France de Mario Kart

Après les présentations du format de la Coupe du Monde et de l’équipe de France, nous retrouvons le capitaine de l’équipe, Pyrax, en pleine préparation de la MKWC 2019. Un grand merci à lui d’avoir répondu à nos questions.

Peux-tu nous en dire plus sur la version 2019 de la Team France ?

“L’équipe est sûrement plus soudée qu’avant”

Pyrax : Le groupe de la Team France n’a pas vraiment changé et c’est le cas depuis quelques années maintenant. Le corps change et on effectue quelques changements en fonction de la forme de chacun. 7 membres sur 10 étaient déjà présents l’année dernière et 5 membres le sont depuis 2 ans voire plus, donc on a l’habitude. Ce qui est bien c’est qu’on a de l’expérience ensemble maintenant, les nouveaux jouant avec nous tout au long de l’année également dans nos teams respectives, leur intégration est déjà plus ou moins faite. La différence cette année c’est qu’on est sûrement plus soudé qu’avant, l’ambiance est très bonne et on a un groupe restreint ce qui facilite les actions de team play vu qu’on peu s’habituer plus rapidement à la manière de jouer des uns et des autres.

Quel a été le parcours de sélection pour Dayem, Dragon et Nitroco, les nouveaux joueurs de l’équipe ?

Pyrax : La sélection française se fait naturellement. On décide de cette roster en fonction des résultats des matchs amicaux, des tournois et surtout des compétitions comme la MKU. On regarde plusieurs aspects : gestion d’item, utilité et rôle dans l’équipe, dans le call… tout au long de l’année. On regarde surtout les joueurs évoluant dans les plus hautes divisions car c’est significatif. Vers la fin de l’année, on constitue une pré-roster, puis elle évolue au fil des mois jusqu’à l’annonce officielle en faisant des matchs amicaux, etc.

Pour les nouveaux entrants, on les a repéré :

  • soit par leurs performances, par exemple Dayem et Nitroco évoluant à la JBZZ il est plus facile pour moi en tant que leader de voir leur évolution et de jauger leur niveau
  • soit en discutant avec eux et en faisant des essais, comme avec Dragon.

Quel est le rôle de chacun dans l’équipe ?

Pyrax : C’est assez difficile à expliquer. On peut distinguer 2 rôles majoritairement dans le jeu je pense, qui correspondent aux frontrunners (ceux qui partent devant et dont le but est de scorer le plus de points) et les shlagueurs (ce qui ralentissent les adversaires pour laisser partir le top). En frontrunner on a des personnes comme Swift, Daniel et Demon qui sont très bons dans ce rôle. Dragon et Daxx sont plus dans le rôle de schlag/baggeurs et vont chercher l’éclair sur la map. Après on a des joueurs polyvalents, on sait s’adapter à toute sorte de situation c’est le cas de Pierre et de moi-même surtout. Au niveau du call, je gère l’aspect tactique de la map sur tout ce qui est team play (utilisation des éclairs, etc) et d’autres joueurs sont utiles pour garder un call toujours calme sans sur-informations pour qu’on puisse toujours rester dans le match, comme Dayem.

Comment la team prépare-t-elle cette MKWC et s’entraîne t’elle ?

“On apprend à connaître l’autre en tant qu’adversaire et ça nous aide à jouer ensemble par la suite”

Pyrax : La MKWC se prépare surtout tout au long de l’année parce qu’on joue toujours dans nos teams. Donc on développe notre team play dans les amicaux que ce soit du côté de la JBZZ ou de la Zealous. On se croise tout le temps en tournoi ou en matchs dans nos teams japonaises donc on apprend à connaître l’autre en tant qu’adversaire et ça nous aide à jouer ensemble par la suite. Sinon on fait des matchs amicaux avec la Team France quand on voit un adversaire fort histoire de s’entraîner ensemble et ça se passe toujours bien.

Que penses-tu du groupe de la France ?

Pyrax : On a déjà joué certaines équipes comme le Mexique et la Colombie et on en découvrira d’autres (Luxembourg/Brésil/Catalogne). C’est un groupe sans difficulté majeure, le match contre le Mexique sera intéressant. Le Japon étant dans le groupe B, si on fini respectivement premiers de notre groupe on ne se rencontrera pas avant la finale et c’est une bonne chose. Sinon ce seront des matchs faciles pour la plupart, donc on va surtout en profiter pour finaliser la line-up pour les phases finales et corriger certains défauts.

Pensez-vous pouvoir faire aussi bien que l’année dernière, voire vous hisser encore plus près du niveau du Japon cette année ?

“Si on s’en donne les moyens, on peut ramener la coupe”

Pyrax : Finir à une position autre que champion ou vice-champion sera un échec. L’objectif est très clairement la victoire. On a les forces et les moyens pour aller chercher le Japon cette fois, on s’est tous améliorés, eux aussi mais cette année j’ai vraiment l’impression que nos forces se valent. On les joue tout le temps maintenant, surtout en tournois et on les a battu de nombreuses fois donc si on s’en donne les moyens, on peut ramener la coupe.


Encore merci à Pyrax d’avoir répondu à nos questions et bonne chance à la Team France pour cette nouvelle MKWC !

Retrouvez tous les articles sur la MKWC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *